Le Sénégal remporte le 22ème championnat du monde de cous cous, en Sicile

Le Sénégal est le nouveau champion du monde de couscous. L’annonce est tombée lors de la 22èmeédition du CousCous Fest, le festival international de l’intégration culturelle, organisé par l’agence Feedback de Palerme en partenariat avec la municipalité de San Vito Lo Capo, qui a vu participer de manière totalement pacifique les équipes de cuisiniers d’Israel, Italie, Maroc, Palestine, Etats Unis, Tunisie, ainsi que l’équipe du HCR, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, la grande nouveauté de cette année.

La recette de la chef sénégalaise Mareme Cisse, originaire de Dakar et actuellement aux fourneaux du restaurant Ginger People & Food de la coopérative sociale Al Karub à Agrigento, en Italie, était un couscous sénégalais aux légumes du jardin, mangue et poulpe, servi sur une crème de carottes et gingembre aux herbes de Salamba et aux épices. Un plat qui a su convaincre le 100% du jury technique présidé par Enzo et Paolo Vizzari et qui a également reçu le prix Conad pour la meilleure présentation.

Le jury populaire, composé par les visiteurs de la manifestation, a récompensé l’Italie représentée par Giuseppe Peraino, Francesco Bonomo et Massimiliano Poli, chef du restaurant Eataly Paris Marais. Leur recette, intitulée Viniri, était à base de cous cous à la trapanese et de sébaste en trois consistances.

Enfin, le prix Santé et Bien être a été remporté par les États-Unis, représentés par le chef Kevin Sbraga, lauréat du dernier « Top Chef USA », remporté pour la deuxième année consécutive avec un couscous aux crevettes et aux herbes méditerranéennes.

Cette année, le Cous Cous Fest a attiré dans la ville de San Vito lo Capo près de 300.000 visiteurs qui ont participé aux 50 événements et showcooking programmés tout au long des 10 jours de manifestation. «Encore une fois, San Vito lo Capo est devenue la capitale mondiale de l’intégration et de la contamination culturelle » – a déclaré le maire de la ville – où le couscous devient le prétexte idéal pour parler de paix et de solidarité entre les peuples sous la bannière de la devise « make cous cous not walls » – faites du couscous, pas des murs. »

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Close
Close